Comment choisir la nourriture de son chat ?

chat qui mange

Pour votre chat, il est très important d’avoir une alimentation appropriée qui réponde à ses besoins nutritionnels. Voici tout ce que vous devez savoir pour choisir la nourriture la plus adaptée à votre chaton.

Le marché offre différents types de formes (croquettes, filets, bouchées, pâté), d’arômes, d’emballages (sachets, boîtes) et de formats. Le tout en fonction de l’âge de l’animal, jusqu’à un choix différencié selon l’état de santé de notre chat. Face à une offre aussi riche et variée, la tâche difficile est laissée au propriétaire-acheteur. Avec ce test, nous avons essayé de répondre aux questions les plus importantes, pour savoir si les produits vendus dans les rayons des supermarchés sont vraiment adéquats pour garantir une bonne alimentation à nos chatons. Et, surtout, si le prix fait une différence. Découvrez notre test.

Ce que vous devez savoir sur les aliments pour chats

La première étape consiste certainement à prêter attention à la dénomination de vente figurant sur l’étiquette : en fait, la principale distinction se fait entre les aliments dits complets et les aliments dits complémentaires (ou aliments pour animaux), il en va de même pour les aliments pour chiens. Mais quelles sont leurs différences ? Le règlement définit

  • Aliment complet :  » aliment composé qui, par sa composition, est suffisant pour une ration journalière  » ;
  • Aliments complémentaires : « aliments composés ayant une teneur élevée en certaines substances, mais qui, en raison de leur composition, ne sont suffisants pour une ration quotidienne que lorsqu’ils sont utilisés en combinaison avec d’autres aliments ».

Une alimentation complète et équilibrée doit contenir tous les nutriments nécessaires à l’animal et ne doit nécessiter aucun ajout, à l’exception de l’eau (toujours fraîche et disponible, qui ne doit jamais manquer). Il s’ensuit que les aliments complémentaires ne doivent jamais être utilisés comme source unique de l’alimentation du chat (il en va de même pour le chien). En effet, ils peuvent être riches en certains éléments et pauvres en d’autres et peuvent donc induire de graves carences. Ils doivent donc être donnés en combinaison avec d’autres aliments pour éviter les déséquilibres nutritionnels.

Nourriture sèche ou humide ? Les deux ont des avantages

Les deux types d’aliments sont capables de répondre aux besoins du chat et présentent des avantages et des inconvénients :

  • Les aliments humides sont moins polyvalents en termes d’utilisation et de manipulation. En revanche, ils sont savoureux, contiennent peu ou pas d’amidon et apportent de bonnes quantités de graisses. Ils sont également plus appétissants et fournissent de l’eau ;
  • Les croquettes sont plus hygiéniques, faciles à doser, bonnes pour l’hygiène dentaire, ont une bonne densité calorique mais contiennent souvent trop de glucides (généralement mal tolérés par le chat).

Mais la principale différence se situe peut-être au niveau du portefeuille. À titre d’exemple, ce test a permis de constater que, si l’on considère les deux meilleurs achats (humide et sec), nourrir le chat avec des aliments humides uniquement coûte plus de trois fois plus cher qu’avec des aliments secs. L’idéal, cependant, est de varier la composition de sa ration quotidienne en la répartissant entre aliments secs et humides, pour bénéficier des avantages des deux types.

Comment faire attention dans le choix de l’alimentation pour chat ?

Dans l’ensemble, la plupart des aliments inclus dans le test sont de bonne qualité, mais cela n’exclut pas le fait que certaines caractéristiques devraient être améliorées (par exemple, l’ajout de vitamine A et de taurine dans tous les aliments complets pour être sûr de couvrir les besoins de deux paramètres si importants pour le chat). Il y a toutefois deux aspects à prendre en compte au moment de faire son choix lorsqu’on se trouve devant les rayons d’aliments pour animaux de compagnie :

  • le prix, qui n’est pas toujours un indicateur proportionnel de la qualité, car les résultats des tests montrent qu’il est possible d’économiser de l’argent en choisissant des produits relativement bon marché, mais néanmoins de qualité. Le meilleur produit parmi les aliments humides est un produit de supermarché dont le prix par ration quotidienne se situe dans la moitié la moins chère de la gamme de prix, même s’il faut dire qu’en général les produits les plus chers se situent dans la gamme de qualité supérieure. Pour les aliments secs, en revanche, tous les moins chers se trouvent en bas du classement ;
  • l’étiquette porte des noms de vente et des images suggestives qui font croire que dans les croquettes, les boîtes et les sachets se trouvent de précieux morceaux de viande ou de poisson, mais la réalité est différente. Sur le type de viande/poisson vanté sur l’étiquette, il n’y a souvent que 4%. Nous avons vérifié que cela ne compromet pas la qualité nutritionnelle globale, mais si votre choix se fonde sur cet aspect, il est bon de vérifier sur l’étiquette les quelques ingrédients figurant de manière générique dans la composition de l’aliment.

Quelle quantité de nourriture faut-il donner aux chats ?

Les chats, et bien sûr tous les autres animaux domestiques, doivent être nourris avec les bons aliments et les bonnes doses afin de rester en bonne santé le plus longtemps possible.

Chaque chat a des besoins nutritionnels uniques : uniques car ils dépendent de divers facteurs, tels que la taille, le stade de vie, le niveau d’activité et l’état de santé.

Les quantités d’aliments doivent être calculées en fonction des besoins énergétiques quotidiens et du pourcentage de calories contenues dans les aliments. À cet égard, il est très utile de parler au vétérinaire lors de la visite pour obtenir des conseils sur le régime alimentaire et les quantités de nourriture correctes. Il est également important que les quantités distribuées quotidiennement soient pesées afin d’éviter les excès caloriques qui peuvent entraîner le surpoids et l’obésité.

A titre indicatif, on peut dire qu’en fonction de l’activité du chat, il faut

  • 60-70 kcal par kg de poids corporel pour un chat sédentaire ;
  • 80 kcal par kg de poids corporel pour un chat actif.

Ainsi, par exemple, un chat sédentaire de 5 kg aura besoin d’environ 300 à 350 kcal par jour (60 kcal x 5 ; 70 kcal x 5 kg), alors qu’un chat du même poids mais actif aura besoin d’environ 400 kcal par jour (80 kcal x 5 kg).

Que se passe-t-il si le chat mange la nourriture du chien ?

Les chats et les chiens ont des besoins spécifiques différents. Par conséquent, le régime alimentaire du chat ne doit pas être basé sur l’alimentation conçue et proposée pour le chien. En particulier, le danger d’une telle pratique réside dans le besoin du chat de recevoir des quantités adéquates de taurine (un acide aminé essentiel pour lui) qui ne sont pas fournies dans les aliments pour chiens : la taurine est essentielle pour le chat et intervient dans la vision, la fonction myocardique et la reproduction. Sa carence entraîne un certain nombre de problèmes cliniques et métaboliques, notamment la cécité, la surdité, la cardiomyopathie et l’insuffisance cardiaque, une mauvaise croissance néonatale, des problèmes de reproduction et des anomalies congénitales.

Le chat peut-il manger végétalien ?

Contrairement au chien, le chat a conservé son caractère de carnivore strict. Comme expliqué ci-dessus, le chat a besoin de consommer de la taurine (un acide aminé essentiel) par le biais de l’alimentation : présente en abondance dans de nombreux poissons, oiseaux et petits rongeurs, la taurine est absente ou seulement présente à l’état de traces dans les plantes. Par conséquent, les régimes à base de plantes strictes ne conviennent pas aux chats.

En outre, un autre aspect à prendre en compte est le métabolisme des protéines et des glucides : le chat n’a pas besoin de ces derniers pour son énergie et, au contraire, il en tolère de petites quantités et a besoin de grandes quantités de protéines. Cela rend le chat inadapté aux régimes végétaliens et autres.

Le chat peut-il manger du fromage ?

Le fromage est un dérivé du lait et la plupart des types disponibles sur le marché contiennent naturellement du lactose (le sucre du lait) qui, pour être digéré par le sujet (s’applique aussi bien aux humains qu’aux animaux), a besoin d’une enzyme spécifique appelée lactase qui est présente chez les chatons allaités par leur mère. Une fois l’allaitement terminé, cette enzyme se raréfie jusqu’à ne plus être produite par l’organisme du chat adulte. Le chat est donc sujet à une intolérance au lactose, et manger du fromage peut le gêner.

Il y a des fromages qui ne contiennent pas de lactose, comme ceux qui ont été affinés pendant longtemps, et donc on peut éviter les problèmes de lactose, mais en général ils sont très « concentrés » et donc aussi plus riches en sel.

En conclusion, le fromage n’est pas un aliment interdit comme les aliments dangereux (par exemple le chocolat et les oignons), mais si l’on veut en proposer à notre chat, il faut le faire à petites doses, il ne peut pas être considéré comme un élément de base de son alimentation et il ne remplace pas les aliments protéinés (viande et poisson) qui doivent toujours être présents.

Le chat peut-il manger nos restes ?

Comme déjà souligné, les besoins nutritionnels du chat sont extrêmement différents de ceux de l’homme, il faut donc éviter les comportements habituels liés à la consommation de restes de table.

En effet, il est non seulement essentiel de nourrir notre chat avec des rations équilibrées en termes de nutriments en fonction de ses besoins (principalement des protéines, un peu de graisses et quelques glucides), mais aussi d’éviter de lui proposer des aliments toxiques pour lui. Si l’on opte pour une alimentation à domicile (ce qui ne veut pas dire « restes de table »), il faut consulter un vétérinaire pour l’aider à composer les repas, et il est important de toujours éviter certains aliments qui sont responsables de troubles et de toxicité. Il s’agit notamment de :

  • le chocolat (en raison des effets toxiques des deux méthylxanthines – théobromine et caféine – qu’il contient)
  • les oignons et l’ail (en raison des effets toxiques de leur forte concentration en composés soufrés) ;
  • les oeufs crus (en raison d’une enzyme contenue dans le blanc d’oeuf qui interfère avec l’absorption des vitamines B) ; et
  • le poisson cru (en raison d’une enzyme qui interfère avec l’absorption de la vitamine B1).